On ne peut que s'incliner devant la fine écriture d'un personnage aussi intelligent et pragmatique qu'Arya Stark

Cette semaine, un chapitre important de l’histoire de Game of Thrones se ferme. Le dénouement de la guerre des morts contre les vivants s’est joué sous nos yeux, au terme d’une nuit interminable…

Ce troisième épisode, intitulé La Longue Nuit, laissera autant de fans surpris que de fans perplexes. Ensemble, revenons sur cet affrontement épique auquel HBO a consacré 55 nuits de tournage et une grande partie du budget de cette ultime saison.

Attention SPOILER : cet article est susceptible de contenir des spoilers. Si tu ne veux pas prendre de risque, il est conseillé de revenir après le visionnage pour le consulter !

Retrouve également le TOP 10 des morts les plus marquantes de cette saison 8 de Game of Thrones !

Noirceur et abominations

L’épisode démarre de plein fouet et nous annonce directement la couleur. On prend 2 à 3 minutes pour mettre les femmes et les enfants (non pas toi, Lyanna Mormont) à l’abri dans les cryptes. C’est pour le moins un choix discutable, mais nous y reviendrons par la suite.

On comprend donc très rapidement que l’entièreté de l’épisode sera consacrée à cette bataille tant attendue. 82 minutes. C’est plus que la durée de la bataille du Gouffre de Helm dans Le Seigneur des Anneaux : les Deux Tours, qui avait marqué le cinéma médiéval-fantastique en 2002. On retrouve alors Miguel Sapochnik, qui avait notamment réalisé l’épisode La bataille des bâtards, autre moment mémorable de la série.

Venons-en aux faits : les Immaculés, les Dothrakis et la Coalition nordique se retrouvent dans une noirceur oppressante pour en finir avec le Roi de la Nuit. Pendant les premières minutes, nos protagonistes n’y voient pas grand chose, et nous non plus… J’aime à penser que c’est un parti pris stylistique du réalisateur puisque l’épisode devient beaucoup plus lisible par la suite. C’était sans compter sur Mélisandre qui viendrait contraster tout ça au nom du Seigneur de la Lumière.

L’importance du feu dans la nuit interminable

Ce début d’épisode nous dépeint la mort elle-même à l’aide de montagnes de cadavres se hissant les uns au-dessus des autres pour accabler nos héros. Les Dothrakis, illuminés par la sorcière rouge, se voient alors engloutis par les ténèbres. Un spectacle effrayant qui semble être le point de départ de la propagation d’un feu endormi.

En effet, au cours de l’épisode, le feu prend une place importante. Élément purificateur, il est le Deux Ex Machina des personnages que les showrunners ne sont pas encore prêts à voir mourir. Ses invocations par Daenerys, ou Mélisandre font de ces dernières des alliées de choix durant cette nuit interminable.

Tout aurait été beaucoup trop simple s’il avait suffi à la Mère des dragons de rugir « Dracarys » pour évincer la mort à Westeros. Le Roi de la Nuit sort vainqueur des flammes. Cela confirme, en parti, certaines théories avançant que le Roi de la Nuit est un targaryen.

roi de la nuit game of thrones
© OCS

Le Roi de la Nuit ne baisse pas la garde facilement

J’aimerais ici insister sur la subtilité avec laquelle le cheminement du Roi de la Nuit a été construit. La semaine dernière, on apprenait dans le deuxième épisode que Bran Stark servirait d’appât afin d’attirer le Roi de la Nuit dans le bois sacré de Winterfell. Le plan est appliqué à la lettre. Cependant, ce dernier n’y fonce pas tête baissée. Même si son trajet vers Bran rythme l’épisode, il n’apparaît que tardivement, quand ses troupes sont déjà bien avancées.

Cette nuit interminable est marquée par plusieurs temps forts du Roi de la Nuit. Entre combats aériens et résurrection de masse, il progresse vers son objectif avec une froideur implacable : anéantir la mémoire de l’humanité.

Finalement, le Roi de la Nuit fait son entrée dans le bois sacré et se retrouve face à la corneille à trois yeux. Devant l’arbre-cœur, assailli par les marcheurs blancs, il baisse enfin la garde. C’est exactement ce qu’attendait Arya Stark. Sa liste de noms vient de s’agrandir, ce qui confirme notre théorie de la semaine dernière.

Arya, vengeresse des vivants

Après presque 1 heure et 30 minutes de tension, on connaît donc le nom de celle qui mit fin à la Terreur du Roi de la Nuit. Son armée des morts représentait un antagoniste majeur dans la série, et c’est un honneur pour Arya de l’éliminer.

On ne peut que s’incliner devant la fine écriture d’un personnage aussi intelligent et pragmatique. Arya est de prime abord motivée par la vengeance personnelle. Elle a été le seul et unique but de ses différentes formations. De la danse de l’eau avec Syrio Forel aux sans-visage de Braavos, la jeune Stark a su en tirer les meilleures leçons pour devenir celle qui ferait justice, à toutes les échelles.

Certains pourraient s’indigner en criant au fan service, ou au manque d’originalité quant à l’issue de cet épisode. Dans un scénario basique et désolant, on aurait sûrement assigné Jon Snow au meurtre du Roi de la Nuit. Néanmoins, l’arc narratif d’Arya est écrit depuis bien longtemps. L’issue de cet épisode témoigne d’une richesse dans le développement des personnages et d’une cohérence à toute épreuve (pour une fois !). Ainsi, le cadeau de Bran, les prophéties de Mélisandre et les multiples résurrections de Beric Dandarrion prennent tout leur sens.

game of thrones arya chien mélisandre
© OCS

Des adieux prévisibles

Il faut avouer que le public était amplement préparé à dire au revoir à certains personnages. C’est d’ailleurs le point faible de ce troisième épisode, qui sacrifie exclusivement des personnages secondaires. On est quand même très loin des scènes qui ont fait le succès, mais aussi l’identité de Game of Thrones, telles celle des noces pourpres.

Il reste désormais 3 épisodes à Game of Thrones pour conclure. Comment la coalition nordique va-t-elle résister face à Cersei après ses pertes humaines ? Les Lannister ont souvent été à l’origine des plus grands twists de la série et on peut facilement imaginer que la bataille de Winterfell n’était qu’un entremets.

Tu veux lire la critique de l’épisode suivant ? Clique ici !

Benjamin Ramet

Dernières séries

Me contacter

Téléphone : 06.26.61.17.71

ou