Publié le 14 juin 2019

June Osborne parle pour les femmes – The Handmaid’s Tale

Par Benjamin Ramet

serena joy la servante écarlate enflamme son lit

The Handmaid’s Tale nous revient enfin avec une troisième saison en ce début de mois Juin. D’abord adaptée au cinéma par Volker Schlondörff en 1990, le roman La servante écarlate de Margaret Atwood est désormais une source d’inspiration intarissable pour la série militante qu’est The Handmaid’s Tale. L’action se déroule au cœur d’une dystopie, Gilead, qui brosse un portrait accablant des plus grands maux de notre société. Le personnage principal, June Osborne, est une servante qui s’affirme au fil des saisons, devenant ainsi la porte-parole des femmes, aussi fictives que réelles.

Attention spoiler: cet article est susceptible de contenir des spoilers sur la saison 03.

Tu es en retard ? Procure toi l’intégrale des saisons 1 & 2 de The Handmaid’s Tale !

Des convictions ancrées

June Osborne s’est toujours battue pour vivre sa vie comme elle l’entendait. Les flashbacks de la saison 02 insistent grandement sur cette facette de la protagoniste, notamment à travers les passages avec sa mère, Holly Osborne.

En effet, Holly Osborne montre des réticences sur les choix de vie de sa fille à plusieurs reprises. Elle conteste son mariage avec Luke, et espérait mieux pour elle qu’une place d’éditrice. Visiblement, le bonheur de June lui importe peu, pourvu que cette dernière la rende fière.

Notons, au passage, qu’on ne sait pas ce qu’il est advenu de Holly après le coup d’état. Cette piste sera probablement explorée dans la saison 03, même s’il y a fort à parier qu’elle ait été envoyée dans les colonies comme toutes les féministes du pays.

Malgré tout, June a toujours campé sur ses positions, profondément attachée à son libre-arbitre. Son travail d’éditrice lui permet également de porter ses valeurs. À sa manière, elle lègue aux générations futures la connaissance sur leurs origines, sur les succès et les échecs de l’humanité. Ces lignes sont d’autant plus pertinentes lorsqu’on les met en relation avec le régime de Gilead. June Osborne est l’incarnation de cet héritage, qui confronte inlassablement totalitarisme et démocratie.

June Osborne est De Fred

June Osborne est De Fred The Handmaid's Tale
© Hulu

Dans The Handmaid’s Tale, les femmes n’ont bien souvent pas leur mot à dire, aussi haut placées soient elles. En effet, Gilead est une société patriarcale, qui s’est proclamée garante de la procréation, sur fond d’obscurantisme religieux.

Pour l’occasion, June Osborne, qui est maintenant servante, a été rebaptisée « De Fred » et sera réduite à l’état d’objet fécond, dans un monde où une majorité des femmes est stérile. Cette déshumanisation de la femme au sein de la société de Gilead est un terrain de jeu exceptionnel pour une femme avec des valeurs aussi fortes que June Osborne.

Si son personnage paraît timide au début de la série, son esprit rebelle lui vaudra par la suite de multiples représailles. Au fil du temps, elle parviendra même à faire entrevoir la vérité à Serena, la femme du puissant Commandant Waterford, sur leur condition de femmes.

June a subi des sévices impensables que l’on ne saurait imaginer au 21ème siècle, et son statut de mère meurtrie par l’enlèvement de sa fille ne fait que la renforcer au fil des jours. La résistance s’organise: elle en devient un élément important. Ainsi, dans le dernier épisode (‘Méfiance‘) sa voix résonne, comme un appel à la révolution, dans un monde où le droit des femmes n’aurait jamais du être tenu pour acquis: ‘Tu voulais une culture féminine. Ça y est, il y en a une. [..] Et avec un peu de pratique, c’est ce qu’on deviendra. Des cauchemars. Un jour, quand on sera prêtes, on s’en prendra à vous. Attendez un peu‘.

Dernières séries

Me contacter

Téléphone : 06.26.61.17.71

ou