L’Adieu, la pépite de ce début d’année

Publié le 14 janvier 2020

Lorsqu’ils apprennent que Nai Nai, leur grand-mère et mère tant aimée, est atteinte d’une maladie incurable, ses proches, selon la tradition chinoise, décident de lui cacher la vérité. Le mariage de son petit-fils sera un prétexte parfait pour profiter tous ensemble des derniers instants de bonheur…

L'Adieu est un tourbillon d'une sensibilité inouïe

Vous procurer L’Adieu en DVD sur Amazon

L’adieu, ou The Farewell en version originale, est la bonne surprise de ce début d’année 2020. Fraîche, sensible et colorée, cette comédie dramatique sino-américaine est d’une richesse insoupçonnée. 

L’adieu est l’histoire d’une famille qui décide d’organiser un mariage factice suite à l’annonce de la mort imminente de la matriarche, Nai Nai. Ainsi, son état lui sera dissimulé et une dernière occasion se présentera pour elle et ses proches de dire l’ultime au revoir.

Une œuvre paradoxale

Lulu Wang, la réalisatrice, nous livre une œuvre paradoxale. Elle confronte deux visions de la société (orientale et occidentale) pourtant bien différentes grâce à des thématiques universelles telles que la famille, l’amour et la mort.

Le film est entièrement construit autour du paradoxe de la beauté du mensonge, et nous questionne sur la morale qui appartient à notre culture avant de nous appartenir intrinsèquement. Où se situe la beauté entre le mensonge qui préserve d’une vérité cruelle, et la vérité qui laisse entrevoir le traitement sincère auquel vous aspirer ?

En Chine, il est coutume de cacher une santé sur le déclin aux plus vieux membres de sa famille. Si la pratique peine à trouver une résonance chez nous, occidentaux, on pourrait cependant lui trouver bien des vertus, comme le fait de profiter aveuglément de derniers instants.

L’adieu : Le reflet de son auteure

Le personnage de Billi, joué par Awkwafina, s’accroche à ces questions. Néanmoins, ces dernières demeurent sans réponse mais ont le mérite d’incarner une part de Lulu Wang.

En effet, L’adieu a un aspect introspectif. D’abord par sa capsule avant la scène d’exposition, nous indiquant « Inspiré d’un vrai mensonge« . Mais aussi par les parallèles que l’on peut voir entre Billi et Lulu Wang: la réalisatrice est née en Chine et est ensuite parti étudier aux États-Unis. Autant dire que le film sent le vécu !

En tout cas, on notera la maîtrise et la subtilité de Lulu Wang, qui ne prend jamais parti pour la mentalité occidentale, ou pour la mentalité orientale. Elle montre un profond respect pour les deux cultures et n’émet aucun jugement. On ressort de la séance avec beaucoup de compassion et un sentiment de plénitude. Chacun à notre manière, nous tentons de pallier à la disparition d’un être cher.

adieu de lulu wang
@ A24

Des personnages attachants, des acteurs convaincants

Nai Nai est pleine de vitalité et sa pugnacité la place en battante de la famille. Elle a une poigne aussi ferme que douce et le fait qu’un tel personnage puisse s’éteindre un jour rend les choses émouvantes au possible.

Une scène mémorable du film nous dépeint la grand-mère qui apprend à sa petite fille, Billi à « évacuer ses toxines ». Ce moment de complicité et de vérité, perdu entre deux mensonges accentue l’empathie du spectateur et contribue à nous faire voir le monde avec les yeux de la petite fille. Ni plus ni moins qu’une étrangère essayant de donner un sens à cette mascarade malgré son désarroi.

Notons que les acteurs sont crédibles dans leur rôle et que, la mise en scène aidant, il n’est pas impossible que votre gorge se noue, au détour d’un silence trop prononcé, ou d’un solo de karaoké un peu trop arrosé pour rester lucide sur la situation.

L’Adieu est un tourbillon d’une sensibilité inouïe, qui vous cueillera dans votre zone de confort, et vous posera là, dans une marre débordante de nostalgie.

Benjamin Ramet

Dernières séries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers films

Me contacter

Téléphone : 06.26.61.17.71

ou